Matos, les tendances des appareils compacts

mardi, 25 avril 2006 By Athos99

En feuilletant les magazines et les sites de photo, j'observe les tendances suivantes.

La course aux pixels est terminée et c'est tant mieux. Les 8 Mb d'un capteur sont amplement suffisants. Qui développe ses photos dans un format plus grand que le A3 ? Après cette course inutile, les constructeurs sont revenus à des problèmes plus terre à terre.

Un nouveau challenge pour les constructeurs, la course à la sensibilité. Un des gros problèmes des compacts est la basse sensibilité de leurs capteurs. Lorsqu'un utilisateur prend des photos à l'intérieur, les photos ne sont pas bonnes. En utilisant le flash, les portraits ne sont pas très esthétiques, il obtient une tête toute blanche sur un fond noir, et sans le flash, une image sombre et floue due au bougé de l'appareil et du sujet.

L'augmentation de la sensibilité qui permet ainsi d'améliorer les photos d'intérieurs, a l'air d'être la préoccupation de nos constructeurs. L'année passée, la sortie du compact Fuji F10 avec une sensibilité de 1600 iso, a été l'élément déclencheur. Grâce à son capteur et ses algorithmes de suppression de bruit, il ouvrait une nouvelle brèche. Jusqu'alors une sensibilité de 400 iso était considérée comme le maximum absolu pour un compact.

Les constructeurs proposent tous leurs solutions pour augmenter la sensibilité des capteurs, en utilisant des algorithmes de lissage très rudes qui diminuent les détails des photos ou en combinant les photosites entre eux ce qui rabaisse la résolution de l'appareil. Personne n'a pensé à augmenter la taille du capteur, ce qui diminue le bruit et permet d'augmenter la sensibilité sans pertes, mais ça coûterait plus cher…

La stabilisation se généralise et c'est une bonne chose, vu que les appareils sont de plus en plus petits et légers. Il est très dur de presser sur le déclencheur sans provoquer des mouvements parasites à l'appareil. Attention certains constructeurs proposent avec forces et arguments marketing un système de stabilisation électronique. Ce système augmente simplement la sensibilité de l'appareil et permet des temps de pause plus court ce qui diminue le problème du bougé, mais ce n'est pas une vraie stabilisation. Une stabilisation est faite en déplaçant une lentille de l'objectif ou le capteur pour compenser les mouvements de l'appareil.

Une autre tendance un peu moins marquée, l'apparition de grand angles plus puissant, quelques modèles de compact sont proposés avec un grand angle de 28mm (équivalent 135mm), les autres s'améliorent gentiment et proposent des focales de 35mm.

Les écrans ont bien grandis, impossible de les rendre plus grands sinon ils débordent de l'appareil, leurs définitions et leurs lisibilités s'est bien améliorées. Par contre les compacts avec un écran orientables se font plus rare. Le viseur optique disparaît ce qui n'est pas trop grave vu qu'il est quasi inutilisable et les utilisateurs ont pris l'habitude de photographier avec les bras tendus.

Un autre problème des compacts qui n'a pas l'air de s'améliorer très vite, la lenteur de la mise au point, elle est encore trop lente et devient problématique avec un faible éclairage. Peut être la prochaine bataille ? N'est-ce pas rageant de presser sur le déclencheur avec un sujet comme un enfant assez vif et rater sa photo parce que l'appareil est trop lent.

Les autres tendances
Quelques timides essais de proposer le WiFi, ça n'a pas l'air d'être facile à installer et ça tient plus du gadget que d'une fonction indispensable.
Le format 6/9 pour remplacer le 3/4, l'appareil que l'on peut raccorder son compact à la télévision HD (Haute Définition).


Mot clés : ,

Rechercher

Archives